05 May 2007

It's Now or Never - Second Act

People get tensed around here. I have a hard time focusing on my work, my life. We're all floating. Even at my yoga class, we had to talk about it. Sunday, we'll know. And we'll be able to resume our lives. In what world... we don't know yet.
That people can vote for Sarkozy I really don't get.
I don't get how they can vote for someone who wrote the French publication foreword for Gianfranco Fini's book.
I don't get how they can vote for someone who wrote in his program "Work is Freedom" when we know what it refers to.
I don't get how they can vote for someone who said we have to make the difference between the beautiful and the ugly - he'll have to tell me what "beautiful" means exactly.
I don't get how they can vote for someone who spent months dragging the extreme right-wing voters.
I don't get how they can vote for someone who offers to work more to earn more when we know it's not a question of working more but of working better.
These are just a handful of reasons. Most other ones lie in the Socialist party program. You have to hear and see her defending it. She's tough. She's righteous. From education and research to environmental issues and employment, what she proposes is a breath of fresh air, a strong vision for our future. She clearly stated that our task is to build our society based on innovation and knowledge. I'ts ambitious, it's long-term, it's broad. None of Sarkozy's little scheme to reduce whatever big corporations can save out of nothing. Ségolène Royal is defending a creative and imaginative enterprise. Sarkozy is all about same ol', same ol' recipe we already know about that is a perfect plan for failure. The danger there is that more than failure we'll have to bear 5 years of retrograd politics that we'll take us back way behind where we are now, which is already so fragile.
Should there be any doubt, just wonder about the political achievement you care for the most and imagine it being taken away from you. Nothing should ever be taken for granted, especially in politics.

--Joëlle.

3 comments:

cati said...

"Le nouveau Président de la République doit la netteté de sa victoire au soutien important des électeurs de plus de 60 ans. Il obtient 61% des suffrages des 60-69 ans, 68% chez les plus de 70 ans. L’hypothèse assez séduisante sur le papier d’un vote féminin acquis à Ségolène Royal est d'ailleurs contredite par l’attractivité de Sarkozy dans cet électorat : les deux tiers des femmes de soixante ans et plus ont voté pour lui. Plus globalement, le bon score de la candidate socialiste chez les 18-24 ans (58%) ne suffit pas à contrebalancer le vote du "troisième âge", qui était déjà acquis à la droite en 1995 dans les mêmes proportions ; avec le vieillissement de la population, les contingents deviennent néanmoins de plus en plus importants." Philippe Hubert (Ipsos, 2007)

Via http://observatoire-des-generations.blogspot.com/

enfin bon ...

Joëlle said...

Oui, moi j'ai des chiffres encore plus frappants:
Une enquête menée par IFOP pour le JDD et M6 sur les intentions de vote au deuxième tour donnant Nicolas Sarkozy gagnant avec 52,5% contre 47,5 pour Ségolène Royal, avec 9% d'indécis. L'enquête donnait également une répartition par classe d'âge - ce qui donne 75% d'intentions de vote pour Sarkozy par les 65 ans et plus!
C'est eux qui ont fait la victoire de Sarkozy.
Si on tient compte des autres classes d'âge, elles donnaient toutes Royal présidente.
Ca en dit beaucoup sur "la France de maintenant".
Ventilation par classe d'âge du vote Royal :
18/24 ans 53%
25/34 ans 54%
35/49 ans 56%
50/64 ans 51%
65 ans et plus 25%

Suppaiku said...

Un petit bonjour de Tôkyô. Je viens de changer de page d'accueil pour le portail netvibes. Incroyable, j'ai enfin tout sous la main, dont Superficiel!
Sarkosy élu... Est-ce tant que cela une catastrophe, ou alors n'est-ce pas une fantastique opportunité qui s'offre pour construire, réellement, quelque chose qui pourrait, par exemple, s'appeler l'Europe, qui serait progressiste, expérimentateur, et qui tendrait, bien sûr, la main tendue de l'autre côté de l'Atlantique, à ceux du même bord... Sarkosy, ce n'est finalement que la déclinaison à la française du néo-conservatisme triomphant un peu partout. Faute d'horizon différent. Parce que l'Altermondialisme, ça ne fourni que des griefs, mais pas un horizon.
Que les vieux votent pour Sarkosy n'a rien d'étonnant. On verra bien dans 5 ou 10 ans quand ils seront les victimes avancées de la financiarisation de la médecine et du retard accumulé en infrastructures d'accueil pour le 4ème âge. C'est valable en France, c'est valable pour l'Europe entière. Quand à la pollution, le réchauffement...
Les créateurs et les jeunes intellectuels ont désormais l'immense travail de penser et donner les visages multiples et les expressions alternatives à la société autoritaire libérale-pipolisée.
Nous avons perdu parce que nos codes sont fatigués...
La droite gagne car elle les a depuis longtemps récupérés, lissés, colorisés pour les réduire à un amballage.